Lycée Jean Macé - Niort
Accueil  
mercredi 28 juin 2017
Compte-rendu bilingue du voyage en Pologne Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Introductionpologne09.jpg

Nous sommes partis en Pologne durant cinq jours (dont deux de trajet) dans le cadre d'un voyage pédagogique portant sur l'histoire du génocide juif - la Shoah - et la Mémoire de cette catastrophe. Ainsi ce voyage entre dans le cadre de notre programme d'Histoire de Terminale. Le but de ce voyage et des multiples visites de villes et musées était de se rendre compte par nous mêmes sur place de la difficile réalité de la Shoah. L'axe principal du voyage était le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

We left for Poland for five days (it took us one full day to get there and another one to come back). This trip was within the framework of an educationnal journey concerning the Jewish genocide and the Memory. So, this trip illustrated part of our program of History of Terminale. The purpose of this journey and of its multiple city visits and museums was to make us realize the difficult realities of the Shoah. The main focus of the journey was the extermination camp of Auschwitz-Birkenau. 

Jeanne Le Pen et Mathisse Penaux

 

Lundi

pologne05.jpg Le premier jour ...

Nous avons quitté le lycée vers 6 heures du matin le lundi 3 mars. Nous avons commencé par traverser la France. Tout le monde était fatigué mais content de partir tous ensemble en Pologne. Beaucoup d'entre nous n'ont pas vu une grande partie du trajet car ils dormaient malgré un bus inconfortable. Un chauffeur de car nous a accompagné jusqu'à la frontière allemande avant d'être remplacé par deux supers chauffeurs.

Premier arrêt dans une station allemande sous la neige, ce qui a redonné le sourire à beaucoup d'entre nous, surtout après environ 15 heures de car. Après avoir goûté à la "délicieuse" nourriture allemande, nous avons repris la route tous courbatus et fatigués, direction la Pologne. Après 2400 km nous arrivâmes.

 

The first day ...

We left the school at about 6 am on Monday, March 3rd. We began by crossing France. Everybody was tired but satisfied to leave all together for Poland.

Many of us did not see a good part of the journey because they slept. A coach driver drove us to the German border. He was then replaced by to good drivers.
First stop in a German station under the snow which put a lot of us in a good mood especially after almost 15 hours of bus. Having tasted the "delicious" German food, we went back on the bus all stiff and tired heading for Poland. After 2400 km we arrived.

 

 

Laure Ledieu et Pauline Rousseau

Mardi

Mardi 4 mars 2008

pologne03.jpg

Très tôt, dans la matinée, nous sommes arrivés à Cracovie .

Tout d'abord, nous avons eu le droit à un petit déjeuner sur la place du centre ville, Rynek Glowny.
Au centre de la place, il y avait un magnifique monument : les Halles.

A l'intérieur, des petites échoppes étaient alignées les unes à côté des autres. Des Polonais vendaient toutes sortes de cadeaux (bijoux,colliers, échiquiers, vêtements,...). 

 pologne01.jpg

 

 

A côté de la Grande Place, l'église St Marie. Elle était très jolie, et ses deux tours très hautes dans le ciel. 

pologne02.jpg

 

Ensuite, nous avons marché à travers la ville, pour parvenir au château des rois de Pologne, le Wawel.

Le château était splendide, construit avec seulement des briques rouges. Il surplombait la Vestule et une partie de la ville.

Nous avons eu une magnifique journée malgré le froid et le vent. Dans l'enceinte du château, une église. C'est à l'intérieur que Jean-Paul II, (avant qu'il ne devienne Pape) est devenu êvéque de Cracovie en 1978.

 

pologne04.jpg


Tuesday, March 4th

Very early in the morning, we arrived in Cracow.
First of all, we had breakfast on the market square situated in the town center. In the middle of the square, there was a beautiful monument, the equivalent of which in France is the market.
Inside, there were little huts lined up to each other. Polish people were sellingthings such as jewelry, neklaces, chessboards, clothes and other things. Next to the market square, was the church, Bazylika Mariaka. It was beautiful, with its two larges towers high in the sky. I was impressed.
Then, we walked through the town, to reach the king of Poland's castle, the « Wawel ». The castle was splendid, built out of only red bricks, it overhanged the Vistula and part of the town.

 

 

We had a beautiful day despite the cold and the wind. Within the castle walls, there was a church where Jean-Paul II, became Krakow's bishop, before becoming the Pope in 1978. 

Elodie Barboteau

 

Ci-dessous, le drapeau Nazi est hissé sur le Wavel en 1939. Heinrich Himmler, Reichsführer SS et Hans Frank, qui dirige le Gouvernement général de Pologne, en 1943 à Cracovie.

pologne16.jpg pologne17.jpg

 

Dans la ville de Cracovie, le quartier juif que nous avons visité mardi après-midi avec une guide, s'appelle Kazimierz.
In Krakow, the Jewish district, which we visited on Tuesday afternoon with a guide, is called KAZIMIERZ.

Ci-dessous, de gauche à droite :

  • les Juifs, chassés de Kazimierz, s'installent dans le ghetto de Cracovie au sud de la Vistule ;
  • les Juifs traversent la Vistule vers le ghetto sur un pont resté intact aujourd'hui ;
  • place des Héros du Ghetto à Cracovie, coeur du ghetto créé par les nazis entre 1941 et 1943.
pologne18.jpg pologne19.jpg pologne20.jpg

 

 

mercredi

Auschwitz-Birkenaupologne10.jpg

La journée de mercredi fut consacrée à la visite d'Auschwitz, à 60 km environ de Cracovie.

Pour moi la visite d’Auschwitz-Birkenau restera une expérience forte et inoubliable. Nous avions tous entendu parler de cet endroit dans nos programmes scolaires, dans des livres et des films. Mais le visiter fut quelque chose de beaucoup plus difficile que je ne l’avais imaginé. Nous avons commencé par visiter le camp de concentration (Auschwitz I): cet endroit me fit plus penser à une usine délabrée qu’à un camp de prisonniers, mais à une usine de la mort… transformé en musée après la Seconde Guerre Mondiale. Nous en avons visité presque tous les bâtiments, passant devant des vitrines où sont exposées des milliers de choses appartenant aux anciens détenus disparus, allant de leurs valises à leurs cheveux…

Mais ce fut sans doute la visite d'Auschwitz II-Birkenau (camp d’extermination construit peu après Auschwitz à quelques kilomètres de celui-ci et environ dix fois plus grand) qui m'a le plus ému. Après la visite de plusieurs baraquements pour essayer de comprendre l’atrocité du quotidien des prisonniers dans ce camp, nous sommes arrivés devant les endroits les plus marquants de notre visite : les ruines des chambres a gaz.

À la fin de cette journée, les visages étaient graves et le silence régnait. C’est là que j’ai compris à quel point cette visite nous a tous bouleversés. Mais je pense que même si c’est un moment difficile, c’est surtout une excellente chose pour des jeunes comme nous de pouvoir visiter cet endroit. Cela nous permet de réfléchir sur la barbarie et la folie de nos aînés et ainsi en tirer des leçons pour ne pas reproduire de telles horreurs. 

Auschwitz-Birkenaupologne11.jpg

On Wednesday we visited Auschwitz-Birkenau, at about 60 km  from Cracow.

For me the visit of Auschwitz-Birkenau will remain an important event in my memory. We had all read about Auschwitz in books, heard about it at school or in movies. But to visit it was something else, something much more difficult... We began to visit Auschwitz (a concentration camp): this place looked more like an old factory than a jail, but a factory of death...It was transformed into museum after World War II. We visited all the buildings, in one of them there were thousands of possessions taken from the people which were stacked up in big glass cases:  suitcases, personal belongings and even hair...

But I think that was the visit of Birkenau (an extermination camp situated about 2km away and which is ten times bigger than Auschwitz) which was the most moving. After the visit of several buildings to understand the daily life of the prisoners we went to the most important places: the ruins of the crematoriums and gas chambers.

When we left the camp we were all silent. I understood this visit had upset us all. But even if it was a difficult moment it was a very good thing for young people like us to visit this place. It allowed us to think about the madness of humanity and to understand that it is an important event that we must learn from. We need to make sure that nothing like this happens again.

Nicolas Horion

lien avec le site du Musée d'Auschwitz:

http://www.auschwitz.org.pl/new/index.php?language=EN&tryb=start&id=675&menu=g 

 

L'usine Schindler 

Schindler Factorypologne14.jpg

Le mercredi après Auschwitz nous sommes allés voir l’usine Schindler connue grâce au film « la liste de Schindler » de Steven Spielberg.

On Wednesday, after the visit of Auschwitz, we went by the Schindler factory known for the film « Schindler's List » by Steven Spielberg.

L’usine Schindler doit son nom à Oskar Schindler un industriel allemand, né le 28 avril 1908 dans l'actuelle république tchèque. L’entreprise familiale ayant fait faillite, il devient directeur d’une autre usine et adhère au parti allemand des Sudètes. Arrivé à Cracovie dans les fourgons des troupes allemandes, Schindler devient chef d'entreprise et connait, pour la première fois, la prospérité. Il fait donc fortune dans la fabrication d’émail de batterie en profitant du travail obligatoire des juifs. Mais interpellé par leur sort et aidé de sa femme Emilie, il va sauver la vie de 1200 personnes juives.

The Schindler factory owes its name to Oskar Schindler, a German manufacturer, born September 28th, 1908 in Czech Republic.The family business having gone bankrupt, he becomes director of another factory and subscribes to the German party of the Sudetes. He arrives in Cracow in a German troops' van, becomes a company director and knows, for the first time, prosperity. He makes fortune in the manufacture of enamel for kitchen utensils by taking advantage of Jews' compulsory work . But concerned by their fate and helped by his wife Emilie, he is going to save the lives of 1,200 Jews.

Lorsque Amon Goeth, commandant du camp de travaux forcés de Plaszow, situé à dix kilomètres de Cracovie, propose aux industriels allemands employant du personnel juif d'installer leurs usines dans l'enceinte même du camp, Schindler, sachant que cela condamnerait ses juifs, refuse, et se construit lui-même son petit camp.

Deux ateliers seront construits, l'un destiné à la fabrication de marmites, l'autre à celle d'obus. Fidèle à ses engagements, Schindler protège son personnel en maintenant les gardes SS et ukrainiens à l'extérieur de l'usine. Il veille à l'hygiène en faisant bouillir le linge pour écarter le risque de typhus, et assure à tous une alimentation meilleure et plus abondante qu'à Plaszow. Il protègera ainsi ses Juifs jusqu’à la fin de la guerre. Il n’hésitera pas pour les sauver à déplacer son entreprise en Tchécoslovaquie emmenant avec lui les 1200 ouvriers juifs. Schindler, anticipant et souhaitant la défaite allemande, freinant en effet la production sous prétexte de "problèmes techniques".

When Amon Goeth, commander of the camp of hard labour of Plaszow, situated 10 km from Cracow, proposes to the German manufacturers employing Jewish staff to install their factories in the surrounding walls of the camp, Schindler, knowing that it would condemn “his “Jews, refuses and builds himself his small camp.

Two workshops will be built, one intended for the manufacturing of pots, the other one for that of shells. Faithful to his commitments, Schindler protects his staff by maintaining the SS and Ukrainian guards outside of the factory. He looks after hygiene by boiling the linen to avoid the risk of typhoid, and makes sure the workers get more and better food than in Plaszow. This way, he will protect “his “Jews till the end of the war. He will not hesitate to save them by moving his company to Czechoslovakia taking with him 1,200 Jewish workers.Schindler, anticipating and wishing the German defeat, indeed slows down the production on the pretext of «technical problems ".

La municipalité de Tel Aviv lui rend un hommage solennel pour son cinquante-troisième anniversaire en apposant, dans le Parc des Héros une plaque attestant qu'il a sauvé de la mort 1 200 prisonniers. Dix jours plus tard, Schindler se voit décerner à Jérusalem le titre de "Juste". Il est invité à planter un arbre à son nom dans l'Allée des Justes menant au mémorial de Yad Vashem. En 1966, le président Adenauer lui remet la Croix du mérite, et à partir de juillet 1968, Schindler perçoit une pension mensuelle de 200 marks. Schindler meurt d'artériosclérose le 9 octobre 1974, à Francfort. Conformément à ses dernières volontés, il est enterré dans le cimetière orthodoxe de Jérusalem en présence d'une foule impressionnante venus lui rendre un ultime hommage. 

The municipality of Tel Aviv pays him a solemn tribute for his fifty-third birthday by affixing, in the Park of the Heroes ,a plate giving evidence that he saved 1,200 prisoners. Ten days later, Schindler is awarded in Jerusalem the ”just man” 's title. He is invited to plant a tree in his name in the Path of the Just men leading to the memorial of Yad Vashem. In 1966, president Adenauer gives him the Cross of merit, and from July, 1968, Schindler perceives a monthly 200-mark pension. Schindler dies from arteriosclerosis on October 9th, 1974, in Frankfurt. According to his last wills, he is buried in the orthodox cemetery of Jerusalem in the presence of an impressive crowd , who has come to pay him an ultimate tribute.

Source : cultes.ifrance.com/.../cultes.ifrance.com/bioschindler.htm

Fanny Girard

Deux liens utiles pour étudier la Shoah :

http://www.memorialdelashoah.org/b_content/getContentFromTopNavAction.do;jsessionid=72D459E7E9528416A94D60696A1EF31E?navId=6

 http://www.marchoftheliving.org/mol2008/08yv-frn.html

 

jeudi matin

La visite du Lycée Polonais  (http://www.zs53.waw.pl)

pologne07.jpg

Nous sommes arrivés le jeudi 6 mars 2008 aux environs de 10h à Varsovie. Nous avons été accueillis au lycée Stefania Sempolowska par des lycéens polonais francophones et leurs professeurs qui nous ont par la suite présenté leur établissement et leur cursus scolaire par le biais d'un diaporama commenté par deux élèves. Après cette présentation ce fut le tour de Mr Tantin de présenter le lycée Jean Macé en leur expliquant notre cursus, différent du leur. Les présentations faites, trois animatrices ont mis en place des activités pour faciliter la relation entre les élèves français et polonais. Après ce court divertissement, nous avons mis en commun nos repas et déjeuné ensemble jusqu'à ce que l'heure des visites commence.

The visit of the Polish Secondary School

We arrived on March 6th, 2008 at approximately 10 a.m in a Polish Secondary School named Sempolowska in Warsaw. We were welcomed by students as well as their and their teachers who afterward presented us their establishment and their school programme by means of a slide show commented by two pupils. After this presentation, Mr Tantin presented the secondary school of Jean Mace and told them about our programme which is different from theirs. Once the presentations were made, three students set up activities to encourage the communication between the French and Polish pupils. Afterwards, we shared our meals and had lunch together before our visit of the Jewish cemetery.

 

Nathalie Geffard et Noémie Naudin 

jeudi après-midi

 Le programme de l'après-midi a été préparé et réalisé avec le soutien du Lycée Sempolowska et de l'Institut historique juif de Varsovie: organisation d'un parcours commenté et d'un atelier dans le cimetière juif (traduction des inscriptions en hébreu, explication des symboles), visite du musée de l'Insurrection d'août 1944. Nous les en remercions.

The programme of the afternoon was prepared and realised by Sempolowska Secondary School and the Warsaw Jewish Institute. First we took the tram to the Jewish Cemetery with the Polish teachers and students - once there, we formed groups and tried to translate the Hebrew inscriptions on the tombs. Then we walked to The Warsaw Uprising Museum. We thank the teachers and students of Sempolowska for their warm welcome.

pour accéder au site de l'Institut historique juif de Varsovie: 

http://www.jewishinstitute.org.pl/en/home/index/0.html

 

Le cimetière juif de Varsoviepologne06.jpg

The Jewish cemetery in Warsaw

Le cimetière juif de Varsovie est toujours actif. En effet, les hommes doivent porter un couvre-chef (kippa).

The Jewish cemetery in Warsaw is still active.Indeed,  men must wear a head covering(kippa).

Certaines tombes ont 400 ans. Les inscriptions sur les tombes sont en hébreu, nous avons essayé de traduire, c'était difficile.
 

Some tombs are four hundred years old. Inscriptions on the tombs are in Hebrew, we  tried to translate with a translation, it was very hard.

La tradition juive est de mettre sur les tombes des caillous, symbole d'éternité.

The tradition it is to put a pebble on the tombs, it is a symbol of eternity.

 


pologne15.jpgDans ce cimetière, plusieurs personnalités sont enterrées ou bien leur mémoire est évoquée par un monument, à l'instar de  Janusz Korczak . Cétait un scientifique spécialisé dans l'enfance.

In this cemetery several famous people are buried for example: Janusz Korczak. He was a specialist in children.
Janusz Korczak, célèbre pédiatre polonais et directeur d'un orphelinat dans le ghetto de Varsovie, refusa d'abandonner les enfants dont il avait la garde. Ils les accompagna dans le transport jusqu'à Treblinka, où il fut assassiné avec eux.
Janusz Korczak, director of an orphanage in the Warsaw Ghetto, refused to abandon the children under his care when they were selected for deportation. He accompanied them to the Treblinka killing center and into the gas chambers, sharing their fate.

Il est l'auteur d'un véritable respect concernant les enfants et d'une véritable école de la démocratie .
He is the author of a real respect concerning children and of a school of democracy.

Bien qu'il soit encore méconnu en France, il est toujours le philosophe qui interpelle les regards d'adultes sur les enfants et les jeunes.
Although he is not well-known in France, he is still a great philosopher whom many adults can relate to concerning children and young people.
  
"Vous dites:
- C'est épuisant de s'occuper des enfants.
Vous avez raison.
Vous ajoutez:
- Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous courber, nous rapetisser.
Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever à la hauteur de leurs sentiments.
De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre.
Pour ne pas les blesser." Janusz KORCZAK, Quand je redeviendrai petit (Prologue)
Claire Briaud

Le musée de l'insurrectionpologne08.jpg

Le jeudi 6 mars 2008, nous sommes allés visiter le musée de l’insurrection de Varsovie, accompagnés d’élèves du lycée Sempolowska qui ont traduit ce que nous disait le guide tout au long de la visite.

L’insurrection de Varsovie a duré 63 jours, du 1er Août au 2 Octobre 1944. L’insurrection fut un soulèvement armé contre l’occupant allemand, organisé par la résistance polonaise. Varsovie fut rasée à hauteur de 85%.

Ce musée était grand, il s’étendait sur deux étages. A l’intérieur nous avons pu voir un grand mur où étaient inscrits tous les jours de l’insurrection, un avion des alliés sur lequel était représenté l’aigle chassant la croix gammée, de nombreuses armes, et nous avons pu faire un parcours dans une reconstitution des égouts de Varsovie, pour mieux nous représenter ce qu’ont vécu les Polonais à cette époque.

The Rising museum

On Thursday , 6th March 2008, we went to visit the Warsaw Rising Museum, accompanied by Sempolowska secondary school students who  translated what the guide told us throughout the visit.

The Warsaw uprising lasted 63 days, from  August 1st to October 2nd 1944. It was an armed uprising against the occupying German organized by the Polish resistance. 85 % of the city of Warsaw was destroyed.

This museum was very big, it had two floors. Inside we saw a big wall where every day of the uprising was registered, a plane belonging to the allies on which  the eagle hunting the swastika was represented , many weapons... We were also able to crawl through a sewer reconstruction of Warsaw, this way we could understand what the Polish lived at that time.

 

C. Baldran

Varsovie est la capitale de la Pologne

Warsaw is the capital of Polandpologne12.jpg

Durant notre courte visite à Varsovie, nous avons vu le palais de la culture et de la science. C’est un vestige du communisme. C’était un "cadeau" de Staline pour la population polonaise. Mais, même si c’est un très joli cadeau, les étudiantes polonaises, qui faisaient la visite avec nous, ont dit qu’elles étaient très heureuses que les communistes soient partis.
During our short visit  in Warsaw, we saw the palace of culture and science. It is a vestige of communism. It was a present from Stalin to the Polish population. But, even if it is a very beautiful present, the Polish students, who showed it to us, said they were happy that the communists were gone.

Durant l’invasion de la Pologne (1939), beaucoup de districts ont été endommagés par les nazis, et le centre de la ville avec la principale place de Varsovie a été totalement détruit.
During the Invasion of Poland (1939), many districts were badly damaged by nazis and the city center with the main square of Warsaw was totally destroyed.

Immédiatement après l'insurrection de Varsovie (d’Août à Octobre 1944), la ville fut systématiquement détruite par l’armée allemande.
Immediately after the Warsaw Uprising (August-October 1944) the city was systematically destroyed by the German Army. 

pologne13.jpg


Au lendemain de la  guerre,  la Vieille Ville fut méticuleusement reconstruite avec les matériaux de l'époque, notamment avec les  briques originales des anciens bâtiments.
Just after the war,  the Old Town was meticulously rebuilt with the original bricks of the former buildings. 

La restauration de ce patrimoine peut s'interpréter comme une réaction patriotique de la population polonaise. C'est un moyen de revendiquer une identité forte face à un système nazi ayant voulu détruire l'âme de ce pays.
The restoration of this heritage can be interpreted as a patriotic reaction of the Polish population. It was a way of claiming a strong identity after a confrontation with the nazi policy which had tried to destroy the soul of this country.

Quand nous avons vu la place principale au centre de la vieille ville, la nuit était tombée et nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour visiter mais nous avons rencontré un très bon guitariste et je me rappelle que nous lui avons donné nos derniers zlotys.
When we saw the main square in the centre of the old town, it was night, and we did not have much time to visit but we met a very good guitarist and I remember we gave him our last zlotys. 

Aline Mousset

Conclusions

Ce voyage en Pologne fut très intéressant et enrichissant. La visite des camps d'Auschwitz I et Auschwitz Birkenau II nous a permis de mieux réaliser l'ampleur du massacre des juifs du XXème siècle.
Les visites des deux villes de Cracovie et Varsovie nous ont montré les conséquences de l'effondrement du communisme (1990) toujours présent par les grands immeubles souvent gris, parallèles entre eux. Nous avons aussi pu observer le dynamisme de la Pologne et l'aide de l'Union Européenne par la présence de grues et de beaucoup de constructions.
Découvrir un pays de l'Europe de l'est est une bonne expérience pour comprendre les difficultés économiques et sociales qui se posent là-bas.

This trip to Poland was interesting and enriching.

Since visiting the concentration camps I and II in Auschwitz, I have realised the importance of the Jews' massacre in the XX century. I was impressed by the camps' size.
We visited other places in Poland like Krakhow ans Warsaw, two cities. Warsaw is Poland's capital city and Krakow is a big city.
These two cities show the consequences of the communists' collapse with the tall grey buildings parallel to one another and we could also notice the European Union's aid : there were cranes and many constructions.
Despite the communists' collapse the two cities have a nice architecture, there are many monuments with red bricks.
Discovering an Eastern European country is a good experience allowing us to understand the economic and social difficulties that exist over there.

 Elodie Barboteau

Nous avons lu un poème devant le monument au camp de Birkenau. Je me souviendrai de ce voyage toute ma vie. C'est une bonne expérience. Nous ne l'oublierons pas.

We read a poem in front of the monument in Birkenau. I will remember this trip all my life. It's a good experience. We won't forget it. 

Laure Ledieu et Pauline Rousseau

Ce voyage en Pologne a été intéressant et enrichissant. Nous avons appris beaucoup concernant la guerre, la Shoah, les juifs et les camps de concentration et d'extermination.

This trip to Poland was very interesting and enriching. We  learned a lot concerning the war, the Shoah, the Jews and the concentration and extermination camps.

Claire Briaud

Grâce à ma visite à Varsovie, je réalise maintenant que cette ville a été vraiment marquée par le régime soviétique : des grands immeubles gris et marrons, de grandes artères… La visite a été très intéressante mais nous étions très fatigués, et une journée pour visiter cette ville, c'est court. Quand j’ai vu le centre de Varsovie, j’ai été très impressionnée par le contraste avec la périphérie. J’ai trouvé le centre très joli, et très coloré… 

As a result of my visit to Warsaw, I now realize that this city was very marked by the soviet regime. Big grey and brown buildings, big roads... The visit was very interesting but we were very tired, and one day to visit such a city is too short. When I saw the center of Warsaw, I was very impressed by the contrast with the suburbs. I found the center very beautiful, colored... 

Aline Mousset

« Les Francais arrivent »  – cette nouvelle a provoqué de grandes emotions. Nous nous demandions comment ils seraient. Après l'experience de l'année précedente où nous avons participé à un échange avec des élèves de Nantes, nos impressions n'ont pas été trop positives – ils ne s'intéressaient pratiquement qu'au schopping!
Cette fois-ci, la surprise a été très agréable : les jeunes Français qui venaient visiter notre pays, étaient ouverts à apprendre beaucoup sur notre pays, notre culture et notre histoire. Leur engagement dans la visite nous a très impressionés.
C'est avec un grand plaisir que nous vous avons fait visiter notre capitale et ses monuments.  Le fait de faire votre connaissance nous a donné envie de vous rencontrer encore et de pouvoir développer nos liaisons amicales. Nous aimerions pouvoir vous acceuillir de nouveau pour vous connaitre mieux et pour vous montrer plus.
Nous espérons vous revoir bientôt et vous saluons amicalement.

EWA et SYLWIA du lycée Stefania Sempolowska de Varsovie

 
Webdesign by Webmedie.dk Webdesign by Webmedie.dk